Indice de plafond de verre

L’indice de plafond de verre (GCI – Glass Ceiling Index) est un indice relatif comparant, par niveau, la proportion de femmes avec la proportion de femmes occupant des postes supérieurs.

Indice d’avantage masculin

L’indice d’avantage masculin (IAM) est défini comme le ratio entre la proportion de rang A hommes parmi les chercheurs/enseignants-chercheurs hommes et la proportion de rang A femmes parmi les chercheuses/enseignantes-chercheuses.

Sexisme

Le sexisme est une idéologie qui repose sur le postulat de l’infériorité des femmes par rapport aux hommes, d’une part, et d’autre part, un ensemble de manifestations des plus anodines en apparence (remarques) aux plus graves (viols, meurtres). Ces manifestations ont pour objet de délégitimer, stigmatiser, humilier ou violenter les femmes et ont des effets sur elles (estime de soi, santé psychique et physique et modification des comportements).

HCE – Janvier 2019

Outrage sexiste

Constitue un outrage sexiste le fait, hors les cas prévus aux articles 222-13, 222-32, 222-33, et 222-33-2-2, d’imposer à une personne tout propos ou comportement à connotation sexuelle ou sexiste qui soit porte atteinte à sa dignité en raison de son caractère dégradant ou humiliant, soit crée à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante(Article 621-1 du Code pénal).

Harcèlement discriminatoire

Le harcèlement discriminatoire inclut tout agissement lié  à [un motif prohibé], subi par une personne et ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant. (Loi n°2008-496 du 27 mai 2008)

Lire Discriminations : le harcèlement discriminatoire au travail

Harcèlement sexuel

Le harcèlement sexuel est le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. Le rapport d’autorité n’est plus nécessaire, et même si les agissements ont lieu en dehors du temps et lieu de travail. Même définition dans le code pénal et le Code du travail (art. L1153-1 du Code du travail et art. 222-33 du Code pénal)

Harcèlement sexuel « d’ambiance »

Le harcèlement sexuel peut consister en un  harcèlement environnemental ou d’ambiance, où, sans être directement visée, la victime subit les provocations et blagues obscènes et vulgaires qui lui deviennent insupportables. (CA Orléans, n° 15/02566, 7 février 2017)

Harcèlement sexuel « par assimilation »

Le harcèlement sexuel par assimilation inclut toute forme de pression grave, même non répétée, exercée dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle, que celui-ci soit recherché au profit de l’auteur·e des faits ou au profit d’un tiers.

Queen bee

Le syndrome queen bee ou “reine des abeilles” : certaines femmes ayant des postes seniors “s’opposent à des mesures d’égalité et se distancient et se désolidarisent des femmes dans des positions junior, car elles considèrent que ces dernières n’ont pas fait les mêmes sacrifices qu’elles ou pourront les contourner”.

Effet Menace du stéréotype

L’effet menace du stéréotype correspond à une baisse de performance de l’individu lorsqu’il a peur de confirmer un stéréotype négatif associé à son groupe d’appartenance supposé.

Le Plafond de verre

Le plafond de verre (de l’anglais glass ceiling) est une métaphore qui fait référence à une barrière artificielle qui, dans une structure hiérarchique,  empêche les femmes et les minorités d’accéder aux niveaux supérieurs de le leur organisation.

Définition ici

Le Sticky floor

Avant le plafond de verre (glass ceiling), qui bloque l’ascension professionnelle, le plancher gluant : ici, c’est la sphère privée qui est en cause. Elle mobilise davantage les femmes que les hommes, et les y maintient. Plus de temps à la maison, c’est donc moins de disponibilité pour la sphère professionnelle.

Falaise de verre

Le concept de falaise de verre (glass cliff) décrit une situation dans laquelle, en prenant le risque d’assumer une fonction reconnue comme compliquée, les femmes augmentent le risque d’échec, et donc de chuter.

Définition ici

Academic housework

Notion de travail domestique académique, un travail moins prestigieux, qui est plutôt dévolu aux jeunes ou… aux femmes.

Effet Old Boys’ club

Le boys’ club est un lieu ou une structure investie par des hommes. C’est une figure de réseautage. Les femmes peuvent y avoir accès mais le coût d’entrée est plus important.

Lire cet article

Effet de halo

L’effet de halo consiste en la réalisation d’une généralisation erronée à partir d’une seule caractéristique, ou qualité, d’un objet ou d’une personne. C’est-à-dire que nous réalisons un jugement à partir duquel nous présumons du reste des caractéristiques du sujet évalué.

En savoir plus ici

Effet Matilda

L’effet Matilda désigne le déni ou la minimisation récurrente sinon systémique de la contribution des femmes scientifiques à la recherche, dont le travail est souvent attribué à leurs collègues masculins (Wikipedia).

Ce dénommé effet Matilda a été énoncé (1993) par une historienne des sciences, Margaret W. Rossiter, qui étudiant l’effet Matthieu, observe que ce phénomène est décuplé lorsqu’il s’agit de femmes scientifiques.

Pour commencer

Blurring

pour la journée qui ne s’efface jamais ou vivre un effacement progressif de la frontière entre vie professionnelle et vie privée….

blurring  vient du verbe anglais to blur qui veut dire estomper, effacer. Le blurring c’est la confusion entre la vie personnelle et la vie professionnelle : la limite entre les deux devient de plus en plus floue, elle s’estompe. Ce phénomène du blurring est en grande partie dû aux nouveaux outils nomades de travail. En cas de télétravail, on augmente ce risque d’envahissement de la sphère intime par les exigences professionnelles.

Tuyau percé

dans les disciplines scientifiques, les femmes restent sous-représentées aux postes à responsabilités, malgré leur nombre croissant. Ainsi, les anglophones parlent du leaky pipeline. Au fil du cheminement formation (baccalauréat, maîtrise, doctorat, postdoctorat), recrutement (MCF, CR), promotion (PU, DR), les femmes disparaissent.

man….

ou le parasitage de la parole des femmesQuand les hommes ne peuvent s’empêcher d’interrompre les femmes,  phénomène dont on parle sous les noms de manterrupting ou encore de mansplaining, que peuvent donc faire les femmes pour faire face à ces situations ?

  • parler un peu plus fort
  • ne pas commencer par des excuses.
  • garder un contact visuel
  • rester ferme contre les interruptions
  • jouer la carte de la solidarité, se soutenir mutuellement et décourager les interruptions

Le bropropriating est un des nombreux biais inconscients qui entretiennent dans les esprits l’idée que les propos tenus par un homme ont plus de poids.  Ici, on parle de femmes qui se font déposséder de leurs idées par des hommes qui les reprennent à leur compte (effet Matilda).

manderstanding est le fait d’échanger des plaisanteries ou des blagues que seuls les hommes comprendront ou accepteront, laissant toutes les femmes dans la confusion et l’exclusion.

manslamming décrit un homme qui bouscule, ignore ou refuse de céder la place à une femme dans l’espace public, et qui se jette sur elle si elle ne s’éloigne pas à temps

manspreading est un néologisme utilisé pour décrire un homme assis dans les transports publics avec les jambes écartées, couvrant ainsi plus d’un siège. Par opposition, le terme hagbagging est utilisé pour désigner les femmes qui utilisent un siège supplémentaire dans les transports publics pour leurs bagages ou autres effets personnels.

Langage non sexiste, inclusif ou épicène

Source Wikipedia


Le terme langage inclusif désigne un langage qui n’exclurait personne pour motif de sexe, d’âge, d’origine ethnique ou d’orientation sexuelle.

Le langage inclusif est différent du langage neutre. Le langage neutre ou épicène vise à remplacer des termes masculins par des termes neutres. 

Les pratiques pour un langage non sexiste, inclusif ou épicène portent sur trois aspects:

  • accorder les noms de métiers et de fonctions au genre de la personne qui l’occupe ;
  • utiliser des expressions non sexuées, comme « les droits humains » ;
  • utiliser les deux formes grammaticales. Pour cela, il existe deux possibilités :
    • faire figurer les deux formes comme « elles et ils partent en vacances », « he or she » ;
    • utiliser à l’écrit une forme liée par un point, un tiret, une barre oblique, une majuscule, etc. comme « ami·e » « participant·e ».

Aller plus loin …

VIDEO. « Manterrupting » : quand les hommes ne peuvent s’empêcher d’interrompre les femmes

C’est quoi, le manterrupting?

Mansplaining, manspreading, bropropriating! – what do these accusations against men mean and are they fair?

« Manspreading », « male gaze »… petit glossaire des inégalités hommes-femmes du quotidien

WOMEN AT WORK : Speaking While Female

L’effet Matilda : femmes, science et discrimination

VIDEO « Crétin de cerveau ! #1 — L’effet de Halo«