=>

L' Observatoire Spatial du Climat (SCO pour Space Climate Observatory) est une initiative internationale du One Planet Summit, lancée officiellement en Juin 2019, à l'initiative de la France. Cette initiative regroupe des agences spatiales du monde entier et des organisations internationales (PNUD, ESA, PNUE). Elle a pour vocation de développer des projets à destination des décideurs locaux pour les aider à s’adapter au changement climatique. Les projets assurent le suivi des impacts sur les territoires à l’aide de données satellitales, de données de terrain et de données socio-économiques locales. Le SCO s’inscrit dans le cadre des accords internationaux de Paris, de l’Agenda 2030 du développement durable, de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CNUCC) et des stratégies élaborées par l’OMM et le Système Mondial d’observation du climat (GCOS).

Le SCO France est la déclinaison nationale de l'initiative internationale. C’est un réseau national dont la vocation est de rassembler la communauté scientifique, les autorités publiques, et les entreprises autour des objectifs du SCO International et de l’étude des impacts des changements climatiques. Depuis 2020, il lance périodiquement un appel à projets, et les projets labellisés par le SCO peuvent bénéficier d'un financement modeste et d'une aide sur une durée de deux ans pour passer à une exploitation pré-opérationnelle ou opérationnelle et trouver les financements nécessaires.

Le CESBIO vient de voir son projet « Irrigation Grandes Cultures » labellisé par le SCO France. Ce projet a pour objectif de fournir aux gestionnaires de l’eau des indicateurs qui leur permettront d’optimiser la gestion des ressources en eau sur leur territoire et d’identifier des stratégies d’adaptation au changement climatique adaptées aux spécificités locales. En effet, en France, depuis une dizaine d’années, de nombreux départements ont recours à des restrictions d’eau notamment pour l’agriculture. Ce chiffre a atteint son record en 2020 avec 80 départements soumis à des arrêtés sècheresse. Il faut donc agir !

Les partenaires de ce projet sont le CESBIO, le CNES , TETIS, la Chambre d’Agriculture du Tarn, le Syndicat Mixte d’Aménagement de la vallée de la Durance, la Chambre Régionale d’Agriculture d’Occitanie, la Chambre Régionale d’Agriculture de PACA, la Bureau de Recherches Géologiques et Minières, la Société du Canal de Provence et MEOSS, entreprise qui va développer les outils opérationnels pour le pilotage et à la mise en valeur des territoires. Ce projet est également soutenu par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne et l’Office International de l’eau.

Il s’appuie sur l’infrastructure du pôle Theia (https://www.theia-land.fr/pole-theia-2) et des travaux menés par les  Centres d’Expertise Scientifique « Irrigation » et « Humidité des sols à très haute résolution spatiale ». Nous utiliserons notamment les méthodes de cartographie des surfaces irriguées et d'humidité des sols à haute résolution développées par le CESBIO et TETIS. Les indicateurs seront estimés à partir des images libres et gratuites du programme Copernicus, avec les satellites radar Sentinel-1 et optiques Sentinel-2  Ils seront combinés à des modèles de classifications et de besoins en eau des cultures développés au sein des deux laboratoires partenaires (CESBIO, TETIS).

Nous voilà donc partis pour une belle aventure qui vise à accompagner les acteurs de l’eau face à un défi majeur : répondre aux différents enjeux de la gestion de l’EAU, bien commun mis en péril dans un contexte de pénuries à venir.

4 thoughts on “Irrigation Grandes Cultures, un nouveau projet labellisé par l'observatoire spatial du climat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.